Mauvaises féministes ?

J’ai plaisir à me maquiller. J’ai adoré la série des « Twilight ». J’ai beau avoir écrit un post pour descendre Robin Thicke, je me trémousse à chaque fois que j’entends « Blurred Lines ». J’ai déjà dit « je n’aime pas les ambiances de filles ». Je l’avoue: je suis une mauvaise féministe. Cela doit-il pour autant m’interdire de tenir un blog féministe ? Non.

Ma réponse est la même que celle de l’auteure américaine Roxane Gay, qui a publié il y a quelques mois « Bad feminist« . Il y a un moment que je voulais chroniquer ce livre, sans trouver le bon angle d’attaque. C’est finalement la dessinatrice et blogueuse BD Diglee qui m’en donne l’occasion. Il y a quelques jours, elle postait une critique féministe du film d’horreur « It follows ». Critique qui a déclenché une avalanche de reproches qui l’ont poussé à ce fendre d’un autre post. Elle n’a pas toujours été la parfaite féministe, irréprochable sur tous les points, la voilà donc obligée de justifier son féminisme.

« En prônant l’acceptation de soi et la liberté de porter ce que l’on veut, je me suis un peu mélangée, j’ai diffusé des messages contradictoires. Mais être tombée dans le piège ne devrait pas m’interdire d’en sortir », répond Diglee. Ne pas avoir été un paragon de féminisme ne devrait pas interdire de se poser des questions sur les films, les livres, la société, sur soi-même… ou de poser ces questions à d’autres.

C’est en somme ce que dit Roxane Gay dans la collection d’essais qu’elle a compilés pour « Bad feminist ». Sans pitié pour ses propres failles, elle se penche sur chacun de ses travers, sur toutes ces choses « pas féministes » qui la touchent, qu’elle apprécie, ces comportements qu’elle ne peut pas totalement assumer. Plus que décomplexant, le résultat est édifiant: il prouve qu’il est tout à fait possible de porter un regard critique, féministe, sur des choses que l’on apprécie tout en sachant que d’un point de vue purement rationnel, oui, on a tort de le faire (Taylor Swift et Katy Perry, c’est pour vous les filles !). Bref, qu’une bonne féministe se nourrit de la mauvaise féministe qu’il y a en elle.

Aucune d’entre nous n’est la parfaite féministe. Cela dit, ça ne devrait pas nous empêcher d’être féministes et de le clamer haut et fort. Qui  donc est mieux placé qu’une féministe pour le savoir ?

Pourtant, les critiques qu’essuie Diglee, les critiques qui ont motivé Roxane Gay, émanent essentiellement de féministes. Alors oui l’esprit critique est ce qui fait avancer le mouvement, ce qui permet de travailler ses arguments pour être plus percutant(e)s. Mais, à l’heure où les attaques extérieures contre les féministes sont en recrudescence, portées par les masculinistes, je me dis que nous gagnerions peut-être à arrêter d’être nos meilleures ennemies.

R.

Advertisements

3 thoughts on “Mauvaises féministes ?

  1. Pol Mensolee mars 27, 2015 / 4:18

    « Cela dit, ça ne devrait pas nous empêcher d’être féministes et de le clamer haut et fort. Qui donc est mieux placé qu’une féministe pour le savoir ? »

    ==> un macho. De la même manière qu’un patron est mieux placé que quiconque pour savoir quel syndicat nuit à ses intérêts ou non.

  2. Lycanne juillet 2, 2015 / 12:43

    Ce n’est pas parce que nous sommes féministes que nous devons défendre les attitudes de toutes les femmes, au nom de la solidarité et du combat.
    Certaines femmes ne sont pas à la hauteur de cette idéologie certes, mais peu importe. Il y a des mauvais partout, et nous avons chacune nos défauts.
    Bref… je découvre ton blog avec intérêt 🙂
    Lycanne

  3. Arthur août 26, 2015 / 9:24

    Je comprends tout à fait que l’on puisse être une mauvaise féministe et j’approuve le fait que l’on ne puisse trouver de féministe parfaite. Malgré tout, il est impératif de se rendre compte de cette imperfection car il est normal d’être attaqué sur notre défaut/ notre faiblesse d’argumentation. Mais si les gens ont un tant soit peu d’intelligence, ils comprendront et passeront sur ces imperfections pour se tourner vers l’intéret majeur de cette argumentation qui reste : l’égalité homme/femme.

    Pourtant dire que « les attaques extérieures contre les féministes sont en recrudescence, portées par les masculinistes » me reste en travers de la gorge. D’une part est-il nécessaire d’ajouter « portées par les masculinistes »/ de se trouver un bouc émissaire peu m’importe si c’est la vérité ou non. Aujourd’hui les attaques contre les féministes se font des féministes elle-même, des « féminazis » si je peux employer ce terme, des gens qui ne comprennent pas la définition de féminisme (entre égalité des droits et supériorité des femmes) et des masculinistes. Je crois que ces derniers sont la grande minorité ici. Bref, à mon sens, autant attaquer sur des idées plutôt que sur des gens, c’est plus constructif.

    HS : Cherchant à me renseigner sur le mouvement féministe dans son ensemble mais surtout à comprendre la position de la femme aujourd’hui, je tombe sur votre blog et y découvre des choses vraiment intéressantes. Car mon problème (ma chance) en tant qu’homme est que je n’ai pu subir vos problèmes et il m’est donc compliqué d’évaluer à quel point l’inégalité homme/femme est présente et surtout voir à quel point vous êtes affectée par ceci chaque jour(les mots sont maladroits mais j’espère que l’idée est comprise).
    Je vous souhaite donc de continuer avec vos billets qui restent une source d’informations utiles. La solution passe par la compréhension.

    Arthur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s