YouTube, nouveau bastion du sexisme

Dans la course au titre de « plus grand sexiste de l’année 2014 », certains députés, qui refusent la féminisation des noms et l’emploi de l’expression « madame la présidente », font la course en tête. Mais derrière eux, dans l’ombre, un autre groupe se rapproche dangereusement… C’est sur le web qu’il sévit, plus exactement sur la plateforme de partage de vidéos YouTube.

YouTube-logo-full_colorCes « YouTubeurs » (comme on appelle les internautes qui postent régulièrement leurs propres vidéos sur le site) sont des mecs d’une petite vingtaine d’années, américains pour la plupart mais pas que (Hello Guillaume Pley), spécialistes des « pranks », des gags en caméra cachée. Des Jean-Yves Lafesse 2.0 si vous voulez, le sexisme en plus. Leur spécialité: faire rire aux dépens des femmes.

Ils ont tous commencé de la même manière, par le désormais tristement célèbre « comment embrasser une inconnue en 3 questions/5 secondes ». Tous semblent ignorer (ou avoir choisi d’ignorer) qu’imposer ce type de contact physique à quelqu’un qui ne le désire pas, par la force ou par une pression psychologique (des questions trop pressantes par exemple), est du harcèlement sexuel. Pourtant, ça n’est pas faute d’entendre des jeunes femmes du monde entier dénoncer le harcèlement qu’elles subissent au quotidien dans les rues, sifflets, faux compliments, commentaires désobligeants, conversations et contacts physiques non sollicités, insultes si elles refusent de jouer le jeu… On parle suffisamment aujourd’hui du harcèlement de rue pour qu’il soit impossible d’ignorer cette réalité !

J’espérais alors encore qu’il s’agissait d’erreurs de jeunesse et que ces types allaient comprendre, confrontés aux critiques, que le harcèlement sexuel n’est JAMAIS drôle. Mais non, c’est même le contraire. Ils sont de plus en plus nombreux à faire leur beurre sur ce type de vidéos et, désormais, ils attrapent les filles au lasso ou les arrêtent dans la rue en faisant mine de chercher leur chemin avec pour réel objectif de leur pincer les fesses. Breaking news les gars: ça n’est TOUJOURS pas drôle et votre incapacité à le comprendre est carrément pathétique. Comment pouvez-vous ne pas voir que ces filles sont mal à l’aise ? Que votre comportement est déplacé ?

Certains semblent même se sentir investis d’une mission: mettre en lumière les vices cachés des femmes ou ceux de la société. Deniscee, par exemple, veut vous prouver que les femmes sont vénales. Pour ce faire, il donne beaucoup d’argent à un faux SDF devant une fille qu’il essaye de draguer. Quand celle-ci change d’avis et accepte de lui donner sur numéro de téléphone, il lui lance une liasse de billets au visage et la traite de « salope », laissant penser que les femmes méritent les violences dont elles sont victimes. Sam Pepper, lui, harcèle sexuellement des inconnues pour prouver que nous sommes plus sensibles aux violences faites aux femmes par les hommes que l’inverse. De un, on ne voit pas la logique dernière cette démonstration. De deux, bien sûr que les hommes sont victimes de violences conjugales et sexuelles, bien sûr que ces violences sont condamnables, mais le fait est que les femmes sont bien plus souvent victimes de violences de la part des hommes que l’inverse. C’est peut-être tout simplement pour ça qu’on s’en émeut plus, non ?

En laissant penser qu’on peut les prendre à la légère ou qu’ils ont un fond de vérité, ces types légitimisent un certain nombre de clichés et de comportements sexistes. Leur public, souvent très jeune, n’a pas forcément le recul nécessaire pour comprendre que mépriser les femmes ou leur faire payer ses propres frustrations n’est pas marrant. Comment lui faire comprendre, alors, qu’il ne faut pas reproduire ce genre de comportement ?

Il est urgent que ces YouTubeurs ne puissent plus poster impunément de genre de « gags ». Pour y arriver, il est essentiel de signaler toutes ces vidéos aux administrateurs de YouTube. C’est le seul moyen de les voir enfin effacées. Et n’hésitez pas à diffuser cette lettre ouverte d’une autre YouTubeuse, Laci Green, qui a pris le temps d’expliquer à Sam Pepper quel est le problème avec ses « blagues ».

R.

PS: faut-il ou non diffuser ces vidéos pour les dénoncer, au risque de leur faire de la pub ? La question divise les féministes. Nous avons choisi de vous laisser le choix de les regarder ou non, en les insérant en lien hypertexte. Si vous décidez d’aller y jeter un œil, cliquez ensuite sur le mot « Plus », sous l’image, et signalez les.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s