La loi des séries

En plus de notre passion pour Top Chef, France Inter ou encore Nabilla, R. et moi regardons beaucoup de séries. Les séries, c’est un peu comme les magazines féminins, on en consomme pas mal tout en voyant très bien que certains trucs sont irritants. Dans le cas des séries policières et judiciaires, il y a une tendance lourde (dans tous les sens du terme) à scénariser des personnages féminins un peu flippants.

(Je préfère prévenir avant qu’on vienne me lyncher en bas de chez moi que cet article va spoiler Engrenages, Scandal, The Good Wife, Suits, The Killing et vaguement The Bridge. Ne me remerciez pas, c’est cadeau)

Démonstration

1- L’ambitieuse workaholic :

Figure incontournable des séries policières ou judiciaires, la femme flic ou avocate n’a PAS DE VIE en dehors de son boulot. Mais quand je vous dis pas de vie, je n’exagère rien : elle n’a pas d’ami, pas de mec ou de mari, pas d’enfant, pas de sorties et pas de hobby. Normal puisqu’elle passe son temps à bosser (même/surtout la nuit). Dans le genre, les séries judiciaires excellent. Dans les exemples frappants, on a, en vrac, Diane Lockhart de The Good Wife, dont la vie sentimentale est inexistante dans les deux premières saisons, ou encore Jessica Pearsons de Suits, qui quitte régulièrement son cabinet en robe de soirée mais uniquement pour se rendre à des galas de charité.

JP

L’autre variante est la femme flic dont la vie sentimentale est pavée d’échecs cuisants. L’exemple parfait en la matière est Laure Berthaud dans Engrenages, qui cumule donc tous les points sus-mentionnés à l’exception près qu’elle a une vie sentimentale de temps en temps. Laure sort donc avec ses collègues, mais ces histoires sentimentales se terminent forcément mal. Pompon sur la Garonne, dans un épisode, elle couche avec un commissaire pour sauver la peau (et la carrière) de son co-équipier.  Ah et aussi, vu qu’elle travaille beaucoup et qu’elle n’a pas de vie, elle a la fâcheuse habitude de dormir dans sa voiture, sur le parking du commissariat donc.  (Mais rassurez-vous, dans la dernière saison, elle a une histoire sentimentale qui marche pas trop trop mal). Même topo dans Scandal où on voit Olivia Pope se débattre tant bien que mal dans son rôle d’amante du Président des Etats-Unis.

LB

2- La femme instable, à la limite de l’internement psychiatrique:

Là, c’est plutôt du côté des séries policières que les exemples sont probants. Dans les séries récentes, on voit apparaître plusieurs personnages principaux féminins complètement instables : limite asociales, elles sont incapables de communiquer avec autrui et ont souvent des problèmes pour évoluer en société. La figure du genre la plus récente est sans conteste Sonya Cross de The Bridge, qu’on dirait avoir été élevée au milieu d’une meute de loups. Sarah Linden de The Killing, quant à elle, a des comportements obsessionnels, ne sait ni prendre soin d’elle ni de son fils. Elle ne dort pas, ne sort pas, n’a pas le temps de se nourrir correctement ou de faire autre chose que d’enquêter.

SL

3- Les femmes qui comprennent finalement que l’ambition professionnelle est incompatible avec l’épanouissement personnel :

Certaines femmes apprennent, à leurs dépens (souvent des drames bien glauques) qu’en fait, elles ne pourront jamais travailler ET s’épanouir dans leur vie personnelle. La fin de la série Damages en est la preuve parfaite : Ellen Parsons, après avoir failli se faire tuer par Patty Hewes (qui a d’ailleurs d’autres tentatives d’assassinat à son actif), réalise qu’elle ne veut pas devenir comme son ancienne boss. Elle lâche donc sa carrière d’avocate pour se consacrer à sa vie de famille.

EP

Moralité: si tu es une femme, rien ne sert de bosser puisque ça peut te rendre littéralement dinguo (surtout si tu es flic ou avocate). Puis, ne pas travailler a aussi des avantages, comme te laisser plein de temps pour regarder des séries.

C.

PS: Que l’on ne s’y trompe pas, tout cela ne m’empêche absolument pas de regarder des séries et d’avoir beaucoup d’affection pour les personnages cités dans ce post…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s