T’es belle, t’as des yeux de vache

Il paraît qu’au Rwanda c’est un super compliment, tout comme dire à une femme qu’elle est grosse. Ça continue de me faire rire encore aujourd’hui (ouais, je suis bon public). Remis dans le contexte actuel des discussions « bikini-plages-régimes-OMG j’ai trop grossi », c’est assez décalé comme compliment.

Toujours pour contextualiser (pardon, c’est une déformation professionnelle), Abercrombie & Fitch se faisait critiquer la semaine dernière de n’habiller les femmes que jusqu’au 38. Explication de la marque, passé la taille 38, t’es trop moche et « pas assez cool » pour porter du Abercrombie. Dans la même veine, une agence de mannequins en Suède recrutait ses nouvelles stars des podiums à la sortie d’une clinique traitant les jeunes femmes atteintes de troubles alimentaires. La mannequin idéale pèse donc 40 kg pour 1 mètre 80. Elle doit sans aucun doute être en très bonne santé… Et puis, pour l’éthique de cette agence, on repassera. N’oublions pas non plus Konbini qui estime que la mannequin Kate Upton est ronde et plantureuse. Elle doit faire un 38 à tout casser, ce n’est pas ce qu’on appelle être rond en fait. Mais tout va bien, puisqu’elle « sait sourire ». On en revient donc toujours à la même chose : une femme doit être mince, jeune, blanche, souriante avec des gros seins. Les exemples sont multiples, récurrents et terriblement désespérants.

Pourtant, d’autres ouvrent la voie en communiquant sur une beauté plurielle et non unique. La beauté des femmes n’est pas universelle, c’est bien pour cette raison que toutes les femmes ne peuvent entrer dans les critères de beauté qui leur sont imposés en permanence. Ces exemples sont peut-être trop rares, mais ils ont au moins le mérite d’exister.

On pense bien entendu à Dove, qui a fait de la beauté de chacune son argument de com’ depuis des années. Cette fois, Dove a demandé à des femmes de se décrire pendant qu’un dessinateur de la police les dessinait sans les voir. Ces femmes étaient ensuite dessinées une seconde fois par le même dessinateur en fonction de la description faite par un tierce. Le résultat est assez bluffant et montre à quel point les femmes s’appréhendent de manière négative.

De son côté, l’agence de mannequins brésilienne Stars Models a lancé une campagne choc de prévention de l’anorexie. Cette campagne présente deux modèles : l’un sous forme de croquis de mode, l’autre est une femme photoshopée (du moins je l’espère!) pour avoir les mêmes proportions que le croquis.

Star-Models-Sketch31-930x619

Si les univers de la mode et de la beauté sont ceux auxquels on pense immédiatement, n’oublions pas la publicité qui ne fait jamais dans le détail lorsqu’il est question de clichés. Des étudiants de l’université canadienne du Saskatchewan ont voulu démontrer dans une vidéo les stéréotypes imposés aux femmes, mais aussi aux hommes, dans la publicité. Force est de constater que c’est assez effrayant.

Voyons quand même le bon côté des choses, on n’est pas là QUE pour râler après tout. Les choses changent et c’est tant mieux. Et il est grand temps qu’on se rende compte dans la mode et la pub que si toutes les femmes se ressemblaient, ce serait quand même super lassant.

Real-Humans-Photo-01

C.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s