Un peu de solidarité mesdames ?

Au réveil, je me suis penchée sur l’avis des chroniqueurs des Grandes Gueules de RMC sur le cas Nafissatou Diallo (une très mauvaise idée le matin, d’ailleurs, quand vous espérez commencer la journée du bon pied). Je ne vais pas vous répéter à quel point les propos de Franck Tanguy et Sophie de Menthon sont minables, consternants, ignobles… D’autres l’ont fait. Et très bien d’ailleurs.

Mais écouter Sophie de Menthon m’a fait penser à tout autre chose. Quand une femme est victime d’agression sexuelle ou de viol, on s’attendrait à ce que les autres femmes, qui doivent bien avoir conscience de courir aussi ce risque, se montrent solidaires. Pourtant, parmi les premiers à remettre en cause leur légimité, il y a souvent beaucoup de femmes, qu’on entend clamer haut et fort « Avec sa mini-jupe, elle s’attendait à quoi ? », « Quand tu rentres avec un mec différent tous les weekends, t’es quand même un peu une salope, non ? » et donc la dernière du genre « Te faire violer finalement, ça peut être un mal pour un bien ».

Loin de moi l’idée de dire que les victimes présumées disent toujours la vérité, rien que la vérité, qu’il faut prendre tout ce qu’elles disent pour argent comptant et les défendre coûte que coûte, même dans l’erreur. Mais de là à être plus royaliste que le roi, comme le sont certaines, à l’image de Sophie de Menthon…

Je sais bien que l’inversion des rôles n’est pas l’argument le plus brillant qui soit, mais il a le mérite d’être simple et efficace. Imaginez un homme victime de viol ou d’agression sexuelle (et oui, pour information, ça arrive aussi). Pensez-vous vraiment que les autres hommes – ou les femmes d’ailleurs – jugeraient de leur qualité de victime selon la longueur de leur short ou la coupe de leur pantalon ? « Non mais vraiment, avec un jean qui attire autant l’attention sur son petit cul, il s’attendait à quoi ? »…

Improbable ? Ridicule ? Inapproprié ? Injustifié ? Oui. Tout ça à la fois. Donc la prochaine fois, mesdames, si on essayait la solidarité plutôt que de faire vivre des clichés vieux comme le patriarcat et qui n’ont d’autre but que de nous culpabiliser et de boucher nos horizons ?

R.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s