Guide de survie : les repas de famille

Hier, j’avais le déjeuner de Noël de mon agence. Comme souvent dans ce genre de contexte, on arrive à des discussions plus ou moins apaisées sur à peu près tous les sujets. Hier, c’est tombé sur le féminisme. Au risque de vous décevoir, j’ai évité ce débat (je n’ai aucun courage et je suis en période d’essai – ne me jetez pas la pierre, Pierre).

Bref, ces réjouissances corporate m’ont rappelé qu’arrivaient à grands pas les fêtes de fin d’année et par conséquent les repas de famille qui vont avec.

Les repas de famille, c’est sympa mais, parfois (ok, souvent), il arrive que cela dérape. C’est, en général, le moment que privilégie ma famille pour s’inquiéter de mon avenir sentimental. Après les questions habituellement très fines de type « et alors, quand est-ce que tu nous ramènes un garçon? », j’ai souvent le droit au commentaire affreux « il serait peut-être temps quand même, à ton âge… ».

Pour info, j’ai 26 ans. Depuis mes 20 ans, je me tue à esquiver ces questions avec un taux d’échec très (trop) élevé. Des années durant, j’ai lutté pour les éviter et, dans le cas où je n’y arrivais vraiment pas, je répondais par une pirouette : « chaque chose en son temps, je bosse beaucoup, blablabla ». L’an dernier, ce sont mes petits cousins (7 à 10 ans les couz, ma bonne dame, y’a plus de jeunesse) qui ont repris cet interrogatoire désagréable et déplacé.

L’an dernier donc, j’avais furieusement envie de répondre des choses très très vulgaires qui couperaient toute envie subite de se renseigner sur ma vie sentimentale. Mais ma mère m’a lancé un regard noir et j’ai abandonné cette idée de faire une scène.

Le contexte étant posé, je me dévoue pour vous donner quelques règles simples pour vous éviter ce genre de moment de grande solitude.

1- La fuite : lorsque le grand-oncle Albert décide de vous demander quand est-ce que finalement vous allez vous décidez à procréer, la meilleure tactique peut être la fuite. Pas très courageux certes mais, franchement, qui a envie de donner des arguments féministes pour justifier sa discrétion sur sa vie privée ?

L’avantage des repas de famille, c’est qu’il y a toujours un plat abandonné à débarrasser, un verre de vin à servir (bah quoi, je viens du Nord, on est des « bons vivant », ahem). L’idée, vous l’aurez compris, c’est de choper cette occasion inespérée et de partir en courant. Ou de boire beaucoup (non Maman, je ne suis pas alcoolique).

2- Le coupe-caquet : à la question de Tatie Bernadette, répondez tout simplement que vous prenez votre temps, qu’elle n’aimerait pas spécialement que vous lui rameniez TOUS vos rencards à diner. Surtout la planche pourrie de l’an dernier qui vous a quitté après trois semaines parce que, tout bien considéré, les relations, c’était pas son truc. Ou celui qui voulait vous emmener vivre en Papouasie-Nouvelle-Guinée parce que là-bas « les gens sont vrais et pas rongés par le capitalisme ». Bref, en fait, vous épargnez votre famille, vous êtes bonne dans votre coeur. Vous mériteriez une médaille. Le coup de la médaille permet en plus de changer de conversation (la dernière célébrité qui a reçu la Légion d’Honneur, #toussa).

3- La  dissertation philosophique (3 parties, 3 sous-parties) : warning, pour se lancer dans cette entreprise noble, il faut être TRES motivée. Dire à sa famille un peu tradi que non, une femme n’est pas une poule pondeuse, qu’il n’y aucun mal à prendre son temps pour trouver la bonne personne et que, finalement, la libération de la femme c’est aussi ça, demande courage et patience. Parce que oui, en y réfléchissant bien, une femme célibataire n’est pas une honte pour la société. Et qu’on nous lâche avec ces histoires d’horloge biologique! L’égalité homme-femme, ça passe aussi par faire comprendre autour de nous qu’être une femme célibataire ne signifie pas que l’on est au choix complètement seule (n’est-ce pas Kookaï?) ou que l’on mène une vie de débauche. On peut être célibataire, saine d’esprit et même heureuse. Dingue, je sais.

Sinon, il reste aussi une dernière option, ramener son mec aux repas de famille. Solution que je m’apprête à tester, je prie pour que ce soit efficace.

Allez, joyeux Noël…

C.

PS: Avec R., on aimerait bien lire vos anecdotes sur le sujet si vous en avez, n’hésitez pas à nous laisser des com’ 🙂

Publicités

4 réflexions sur “Guide de survie : les repas de famille

  1. Zebrulon décembre 22, 2012 / 7:20

    Ramener son mec au repas de famille, ne fait que repousser l’échéance des questions jusqu’au prochain repas, où le mec ne sera plus le même, s’il y en a encore un. Au mieux cela permettra d’apporter un renouveau de questions pour lesquelles vos recettes ne fonctionneront peut-être pas :  » Ah tu es venu toute seule ! Il est ou le garçon sympathique que tu nous avais amené la dernière fois ? » ou encore « Tu n’as pas su comment le garder ! pourtant la reste est simple : un homme on l’attrape par le bas ventre et on le retient par le ventre »… A bon entendeur salut !

  2. Le ciel, le féminisme et ta mère décembre 26, 2012 / 10:36

    Zebrulon,
    Ceci est un article ironique et humoristique qui ne se veut en aucun cas un véritable guide de vie à suivre à la lettre. Quant à l’adage populaire « un homme on l’attrape par le bas ventre et on le retient par le ventre », il me semble terriblement réducteur envers les hommes…

  3. Pimousse décembre 28, 2012 / 9:22

    J’espère que tu avais bien briefé la famille avant: La 1ère fois que j’ai présenté mon copain, toute la famille était fière de lui parler de sa ville et de sa région d’origine..sauf qu’ils ont mélangé avec celle de mon ex..résultat il a du répondre 4 à 5 fois « ha non ce n’est pas moi »…Ambiance garantie ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s