Quand je serai grand, je serai pute.

Vous avez déjà entendu un enfant vous répondre ça? Non, bon, moi non plus. Est-ce que ça veut dire que même les enfants sont abolitionnistes? Probablement pas, être pute n’a jamais fait rêver les foules. Comme l’expliquait R. hier, la prostitution choisie, même si elle existe -on appelle ça être escort- est très minoritaire. Dans le grand débat sur l’abolition de la prostitution qui a lieu en ce moment dans les institutions et les médias français, on a tendance à oublier cette réalité.

En ce week end, prolongé pour certains d’entre vous, je vous propose un jeu sympa, le bingo pute. Le but est de cocher des cases comme au bingo pour chaque argument idiot justifiant la prostitution:

La prostitution, c’est le plus vieux métier du monde.

D’une part, historiquement cet argument ne tient pas. D’autre part, prenons un autre exemple. Pendant des siècles, l’esclavage existait et il a bien fini par être légalement aboli alors même que cela était considéré comme normal pendant des centaines d’années.

– La prostitution réduit le nombre de viol.

Rappel logique (oui, ça m’arrive d’être logique) : un viol = forcer une personne à avoir un rapport sexuel non consenti. Prostitution = pratique donnant lieu à des actes sexuels consentis et tarifés entre deux personnes. Conclusion, est-ce qu’un violeur, qui fantasme sur le non-consentement de sa vicitme, va aller payer pour coucher avec une prostituée? La réponse est non.

– Il y a plein de prostitués qui font ça car 1. ils/elles aiment le sexe, 2. ils/elles préfèrent gagner de l’argent comme ça que de bosser à l’usine 3.j’en passe.

Alors, oui, la prostitution choisie est une réalité. Oui, il y a des femmes et des hommes qui exercent ce métier car ils l’ont choisi en toute conscience. Cela étant dit, l’écrasante majorité des prostitués (hommes ou femmes) sont réduits à la prostitution contre leur gré, étant dans une situation de grande précarité économique ou sociale.

Le jour où des gamins vous diront que plus tard, ils veulent devenir pute, alors on pourra ranger ce bingo (et cet article) et je vous ferai toutes mes excuses pour m’être aussi terriblement trompée. En attendant, bon bingo et bon week end 🙂

C.

Publicités

3 réflexions sur “Quand je serai grand, je serai pute.

  1. Baboulinet novembre 2, 2012 / 3:14

    D’un autre côté, et sans rentrer plus avant dans le débat, je n’ai jamais entendu un enfant dire qu’il veut être caissière, carriste ou manutentionnaire, et pourtant ce sont des métiers qui ont encore quelques beaux jours devant eux.

    • Le ciel, le féminisme et ta mère novembre 3, 2012 / 10:36

      Comparons ce qui est comparable tout de même… Un enfant ne te dira pas non plus qu’il veut être consultant en sécurité informatique ou attaché de presse. Et pourtant.

  2. toto novembre 15, 2012 / 11:18

    Moi enfant, je voulais être caissière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s